L'interview de la semaine 1

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Interview d'un adhérent

anonyme homme

Bonjour,

Vous êtes adhérent UFML et avez accepté de répondre à quelques questions. Je vous en remercie.

 

Q : Auriez vous l’amabilité de vous présenter (nom, âge, spécialité, type et secteur d’activité, lieu d’exercice) ?

R : Dr Hugues GEOFFRION 44 ans, Chirurgien Gynecologue, Activité libérale exclusive en secteur 2, clinique des Landes Saint Pierre du Mont.

Q : Pourquoi avez-vous choisi la médecine ?

R : Famille de médecins depuis 3 générations. Etre un thérapeute. Plaisir de faire de la chirurgie.

 

Q : Dans l’exercice de votre métier, aujourd’hui, qu’est-ce qui vous semble le plus difficile ?

R : Absence de respect des tutelles. Perte de la confiance des patients avec une nette altération de la relation médecin malade, sensation de défiance réciproque désagréable.

 

Q : Compte-tenu du contexte actuel, et à titre personnel, est-ce que vous vous sentez menacé ? Et si oui, menacé de quoi ?

R : Oui. Dans ma liberté d’exercice, j’ai choisi délibérement la médecine libérale bien que venant d’une famille d’universitaire (4 professeurs sur les 2 dernières générations) et après 2 ans de clinicat et 5 années de praticien hospitalier en CHU.

La possibilité d’adapter mes tarifs pour offrir à mes patients une meilleure prestation (temps de consultation, appareil d’échographie ..) est une notion fondamentale pour moi.

 

Q : Avez-vous déjà envisagé d’arrêter ou de partir à l’étranger ?

R : Oui. J’ai même quelques expériences récentes en Amérique du sud ou des les pays de l’est qui sont «encourageantes». Les chirurgiens français sont assez appréciés à l’étranger.

 

Q : Comment avez-vous entendu parler de l’UFML ?

R : FaceBook / les médecins ne sont pas des pigeons.

 

Q : Dans le message de l’UFML, quels sont les arguments qui vous ont convaincu d’adhérer ?

R : La nécessité d’union pour être plus forts. La dévotion des responsables de l’UFML.

 

Q : A votre avis, quelles sont les actions à mener en priorité ?

R : Je ne sais pas, j’ai l’impression d’un combat entre David et Goliath. Les personnes non médecins avec qui je parle ne comprennent pas du tout le discours actuel des médecins.

Au sein même de ma famille qui est très concernée par les problèmes médicaux, on me dit que nos revendications son inaudibles, que l’on mélange tout.

Je crois que nous avons besoin d’apprendre à communiquer. Nous avons besoins de lobby puissant.

Je crois que nous devons accepter le sacrifice du «confort» de la «sécu» qui nous paie et nous le fait payer...

Nous devrions peut être demander à redevenir une profession libérale, sans complexe.

 

Q : Comment voyez-vous le rôle spécifique de l’UFML parmi les différentes organisations de médecins ?

R : Il faut une force qui défendent simplement les médecins sans compromission.

 

Q : Souhaiteriez-vous ajouter quelque chose ?

R : Nous devons gagner ce combat, il en va de la qualité des soins.

 

L’ UFML vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

 

Si vous souhaitez apporter votre propre témoignage, renplissez ce questionnaire et adressez le au Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.