Tiers Payant Généralisé : le diable est dans les détails

Note utilisateur:  / 5
MauvaisTrès bien 

par le dr jérôme marty, président de l'ufml

Jerome Marty2 Face au Tiers Payant Généralisé : la lourdeur de gestion administrative pour les médecins, la faisabilité en termes d'organisation pour l'Etat, le risque de surconsommation des patients devant l'impression de gratuité sont fréquemment mis en avant.

Il existe pourtant un risque beaucoup plus important : la perte de liberté et d'indépendance des praticiens.

D'un système à trois, triangulaire entre : le médecin qui prodigue l’acte médical, le patient qui honore le médecin et le financeur qui rembourse le patient, le TPG institue un système en ascendance directe, entre le médecin et le financeur en termes de jeu de remboursement.

Sur le plan financier, le système de soin français évolue dans une enveloppe contrainte et subit une double crise économique : crise économique nationale, crise économique de la Sécurité sociale, c’est précisément ce double état de fait qui fait tout le danger du TPG.

Avec le Tiers Payant Généralisé le financeur devient également organisateur du soin, dès lors il a la possibilité d'imposer ses choix de soins où l’intérêt économique risque de primer sur le besoin médical (nécessité fait loi), et l'activité du médecin étant alors influencée, guidée, dirigée par d'autres intérêts que ceux de son seul patient.

Dans ce système le patient ne saura jamais si les soins qui lui sont prodigués sont ceux auxquels il est en droit d'aspirer et dont son état relève, ou des soins qui sont déterminés et imposés par l'organisme payeur.

Le médecin sera donc dans un conflit d’intérêt permanent entre le respect d’une déontologie basée sur une obligation de moyen et de respect des dernières données acquises de la science pour les soins à prodiguer au patient et la pression économique imposée par le financeur qui le rétribue.

Un exemple simple concerne les arrêts de travail, déjà soumis à des indicateurs. Si le médecin a dépassé un taux de prescription défini, alors le financeur pourra pénaliser le médecin par des retards de paiement (phénomène bien connu chez les pharmaciens avec les retards de remboursements relatifs à des taux de génériques trop faible) et le patient perdra ses droits sociaux ne pouvant bénéficier de l'AT auquel il a droit.

En touchant à la liberté du médecin, on touche toujours à la liberté des patients.

Le système du TPG est un changement total de paradigme pour le système de soin français, il introduit une médecine aux ordres d’intérêts autres que le soin.

C'est un système extrêmement dangereux dans un contexte de crise.
Il est un des éléments d'une loi de santé dont quasi chaque article impose aux médecins et donc aux patients des pertes de liberté.

C'est pour cela, contre cette perte de liberté et d'indépendance que les médecins et au-delà les professionnels de santé vont se lever.

Dr Jérôme Marty
Président UFML
Association de 4500 médecins

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Participant à cette conversation

Commentaires (1)

  • Invité (amble)

    Permalien

    Il ne s'agit pas que défendre l'intérêt du patient dans cet article puisque le praticien ne sera plus rémunérer aussi vite....après le contrôle des prescriptions semble déjà exister.

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.