Il est encore temps

Note utilisateur:  / 5
MauvaisTrès bien 

Communiqué de presse à paraître ce lundi 22 12 14.


L'UFML demande une dernière fois à Mme Marisol Touraine, ministre de la santé, des affaires sociales et des droits des femmes, de retirer la loi de santé.
La loi de santé va assujettir les médecins aux
 financeurs par le biais du TPG, la médecine ne peut dépendre des intérêts économiques du moment : la loi doit être retirée.


La loi de santé va ouvrir la porte au désengagement de la Sécurité sociale, au remboursement complémentaire majoritaire et aux réseaux de soins fermés : la loi doit être retirée.
La loi de santé va construire un système sanitaire où les patients seront soignés en fonction de leurs revenus et de la hauteur de leur contrat de mutuelle : la loi doit être retirée.
La loi de santé érige une médecine sans secret médical au travers du Dossier National Médical Partagé aux mains du financeur, et nie au patient la propriété de ses propres données. La loi doit être retirée.
La loi de santé crée une base de données-patient, utilisable par les organismes complémentaires pour d'autres intérêts que le soin, c'est un scandale qui dépasse celui de la "base élève" de Xavier Darcos en 2008. La loi doit être retirée.
La loi de santé crée une médecine aux ordres des ARS au travers des contrats territoriaux de santé, s'oppose à la liberté d'installation et va aggraver les déserts médicaux par l'effondrement de la médecine libérale, notamment la médecine générale. La loi doit être retirée.
La loi de santé fait le choix de la destruction du modèle hospitalier français basé sur le libre choix de son secteur d'hospitalisation avec la disparition annoncée de l'hospitalisation privée due au retrait rendu inévitable de ses missions de service public. La loi de santé doit être retirée.
La loi de santé met fin au système conventionnel et au paritarisme, base d'un système sanitaire construit sur l'entente de ses acteurs, pour une santé étatisée. La loi doit être retirée.
Mme la Ministre, ces points de la loi sont non négociables.
Nous, médecins de France, indépendamment de nos fonctions ou de nos secteurs d'activité, n'acceptons pas que la médecine soit aux ordres, pas plus que nous n'acceptons qu'au travers de votre loi, les organismes complémentaires prennent la main sur le système de soin et l'orientent selon des critères qui leur appartiendront.
Nous, médecins de France, demandons le retrait d'une loi qui détruit les fondements mêmes de la médecine basée sur la liberté et l'indépendance des médecins, le respect du secret médical, l'égalité face aux soins, et la liberté de choix de son médecin comme de son secteur d'hospitalisation.
Ces valeurs font la hauteur de notre système sanitaire, il est de notre devoir, de notre responsabilité de les protéger.
Mme la Ministre il vous appartient d'écouter la médecine de France que votre fonction vous impose de représenter ou de faire le choix de l'affrontement.
Il est encore temps....

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Participant à cette conversation

Commentaires (1)

  • Invité (Ben Nichoin)

    Permalien

    Comment faire pour que la conflit Medecins / etat ne devienne pas un vulgaire conflit D/G et que sa politisation (-le-senat-elague-le-projet-de-loi-sante....) remette en cause le vrai debat ente la medecine liberale et son utilisation a bas prix comme caution de la politique sociale de l etat ?

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.