L'esprit de la Loi

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

COMMUNIQUE DE PRESSE UFML DU 19 nov 2014

communique de presseL'esprit de la loi

La ministre Marisol Touraine a annoncé hier soir dans une interview du Figaro sa décision de «rencontrer à nouveau l'ensemble des acteurs concernés d'ici la mi-décembre et de poursuivre la concertation déjà engagée». L’UFML rappelle qu'il n'y a rien à négocier dans un projet de loi construit sans l'avis des représentants des médecins et dont chaque chapitre relatif à la pratique médicale traduit une perte de liberté et d'indépendance des médecins. C’est l’esprit même de la loi qui est combattu.

« L'esprit de la loi est l'assujettissement de la médecine. On ne négocie pas l'esprit d'une loi, sauf à remettre en cause la base même de son existence. L'UFML appelle au refus de toute négociation et demande le retrait total d'une loi dogmatique, idéologique et destructrice », déclare Jérôme Marty.

Le récent sondage IFOP montre à nouveau que la renonciation aux soins n’est pas motivée par des motifs financiers mais par des délais d’obtention de rendez-vous trop longs. Avec le tiers payant généralisé, la loi ne répond pas du tout au problème. Ce sont les postulats mêmes sur lesquels repose la loi qui sont faux.

Pour l'UFML et pour la majorité des médecins, l'opposition totale au tiers payant généralisé repose sur le refus sans condition de l'assujettissement au financeur que cette réforme mettrait de fait en place.

La loi de santé donne tout les pouvoirs aux ARS sur les médecins : obligation d'installation, choix des pratiques, droit de vie ou de mort sur les établissements privés, suppression du secteur 2.

En médecine libérale comme dans le secteur public hospitalier, ce projet de loi méprise les médecins par la création d'un corps d’obéisseurs, d’officiers de santé aux ordres de l'administration. Plus grave, la loi de santé ouvre grand les portes de la financiarisation, du désengagement de la Sécurité sociale et prépare les réseaux de soins.

La médecine de France ne peut accepter de voir disparaître la liberté et l'indépendance de ses acteurs, car elle est garante de la qualité de notre système sanitaire et de la protection des droits les plus élémentaires des patients : libre choix de son médecin et accès à des soins non bornés par des contingences économiques.

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Participant à cette conversation

Commentaires (3)

  • Invité (jean-francois-huet)

    Permalien

    C'est normalement l'analyse eu du réel qui doit être source de législation... ou est l'analyse du réel dans la Loi de Santé fondée sur l'idéologie la foi dans un managérialisme prétentieux et dans l'illusion des bénéfices que pourrait apporter la contrainte des professionnels de santé?

  • Invité (jean-francois-huet)

    Permalien

    Cette Loi n'est que l'aboutissement de la logique d'un système pervers de protection sociale et le fleuron d'un système conventionnel arrivé lui- aussi au bout de sa logique; Combattre cette Loi en continuant à valider le système qui en est l'alpha et l'oméga ne sert strictement à rien.

  • Invité (jean-francois-huet)

    Permalien

    la sécu ou s'en débarrasse ou on en supporte la logique ... point final

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.