Lettre ouverte à la #CSMF #UFML @ChassangCSMF

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

par le x.y vice président de la csmf zz 

anonyme homme

En retour à la brève : La fiscalité est-elle toujours un moyen de pression sociétale juste ?  :

Comme vous l'avez (enfin) compris la fin du secteur 2 n'est pas dans l'avenant 8 mais dans les mesures de rétorsions vis à vis des mutuelles qui continueraient à rembourser les secteurs 2.... La solution : le CAS ou le déconventionnement.

Dr. X.Y Vice président de la CSMF ZZ

Réponse de l'UFML

par le dr dominique thiers-bautrant, vice présidente de l'ufml

Dominique Thiers

Cher confrère,

Je vous remercie d'avoir bien voulu prendre le temps de lire et commenter mon billet. Je note aussi votre satisfaction au sujet de notre "compréhension" de la situation, que vous semblez juger tardive. J'hésite sur l'interprétation de votre message, mais je vais vous délivrer le mien. Ce qui est en jeu aujourd'hui, c'est la survie de la médecine, mais aussi le réveil des médecins, un réveil qu'enfin, l'UFML a obtenu. Ces médecins éveillés jugeront, ils VOUS jugeront, car ainsi va l'Histoire.

Demander peu pour n'obtenir rien, s'en satisfaire et couper les têtes qui dépassent... Belle stratégie perdante.

Les actions individuelles ou collectives sont jugées au bilan, et quel est-il ? Une profession écœurée, les dévissages, les renoncements, les burn out, les suicides, les départs à l'étranger, les déserts médicaux, une dégringolade sociale pour de nombreux confrères. Alors oui, pour un certain nombre d'entre eux, la tentation d'un salariat, d'une étatisation, et tant pis pour les valeurs humaines, tant pis pour le lien singulier, tant pis pour les 94% de patients qui faisaient confiance à LEUR médecin.

Oui la résignation est parfois l'échappatoire mais il y aussi la colère, la colère et ses multiples raisons : blocages tarifaires des S1, Avenant 8 et ses sanctions ignobles, CAS et la tromperie d'Etat, le tiers Payant généralisé, les contrôles absurdes, permanents et humiliants, la gabegie tue des commissions, comités et autres agences... Les mesures se succèdent, très populaires bien sûr, mais dramatiques pour l'exercice médical et vous le savez, vous ne pouvez que le savoir. Vous avez laissé s'installer la colère à la fois chez les médecins qui ne se retrouvent plus dans ce schéma mais aussi chez les patients, les politiques qui ne voient plus que l'image de nanti golfeur roulant en Porsche... Vous avez rompu la relation de confiance, ou bien tenté de le faire.

Comment pouvez-vous défendre l'idée que les médecins devraient accepter un tel asservissement aux organismes payeurs sous prétexte de crise économique ? Alors que, justement, la perte de l'indépendance du médecin va peser encore plus lourdement à la fois sur le budget et sur la qualité des soins ? Même si les libéraux n'étaient plus payés DU TOUT, le déficit perdurerait car il est structurel, vous le savez. Les complémentaires ne feront pas baisser d'un euro les déficits sociaux mais couteront plus cher aux assurés pour une qualité moindre, vous ne pouvez que le savoir.

Ce sont des idées simples, et comme toujours, tellement plus proches de la réalité, que les justifications alambiquées que l'on nous sert à longueur de journée sur l'accès aux soins et l'égalité. Les médecins ne veulent à aucun prix redevenir les "officiers de santé" du 19ème siècle, et ne veulent pas que l'on serve à leurs patients une médecine low cost pendant que leur travail et les cotisations démesurées engraisseront les complémentaires... et ceux qu'elles financent !

La colère monte, les médecins sont debout, vous, syndicats, vous qui deviez les défendre, vous qui les avez jeté en pâture afin qu'ils servent de commodes boucs émissaires à l'incompétence des gouvernements successifs, vous devrez répondre de vos actes, car ce projet ne se réalisera pas. Les médecins, et au delà, les français, en ont assez des collusions et compromissions d'un petit nombre, au détriment de la liberté et des valeurs fondamentales d'une société humaine.

Aucune attaque personnelle, croyez le bien, UFML accueillera tout individu convaincu que la médecine libre est une cause juste. Je vous invite cordialement à notre réunion du 9/11/2013 à Paris, Cochin.

Bien confraternellement,

Dominique Thiers-Bautrant Vice Présidente UFML

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.