Arrêt d'activité : Lettre ouverte au bureau de la FMF

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

par le dr jérôme marty, président de l'ufml

Jerome Marty2 Chères consœurs, chers confrères.

De très nombreux médecins sont choqués en voyant la FMF   s’afficher aux cotés de MG France, afin de défendre les idées……de MG France.

L’Union de tous est nécessaire, incontournable, indispensable, face à une Loi de  Santé qui s’annonce, si elle était adoptée en l’état, comme une véritable rupture de paradigme, un virage doctrinaire de notre système de santé, une modification profonde et péjorative de notre exercice.

Cette Union est comprise et défendue par l’UFML, contre la Loi de  Santé, mais pas pour des objectifs qui ne relèvent même pas de cette dernière ou ne sont au mieux relatifs qu’à une infime portion d’article.

Dans son communiqué du 03 novembre 2014, MG France et la FMF s’affichent côte à côte, appelant  à la fermeture des cabinets à partir du 23 décembre 2014 pour :

  • L'abrogation de l'avenant n° 19 de la convention de 2005, afin de permettre aux généralistes de coter leurs consultations à 25 euros.
  • L'abandon de l'obligation du tiers payant, remplacée par une garantie de paiement en un flux unique, lorsque le médecin juge nécessaire de le pratiquer.
  • Le passage immédiat à 56 € de la visite du médecin traitant auprès de ses patients à domicile (soit le montant de la visite longue - VL)

L’abrogation de l’avenant 19 de la convention de 2005 n’a rien à voir avec la Loi de  Santé, pas plus que le passage de la visite à 56 euros ! Alors que nous avons tous, médecins de ville, d’établissement, du secteur privé comme du secteur public, besoin de nous lever face à la Loi de  Santé dans sa globalité, et que ce combat est possible, MG France et la FMF prennent la responsabilité de rendre ce juste et historique combat incompréhensible derrière des revendications pusillanimes et catégorielles.

Vous avez trop d’expérience syndicale pour ne pas savoir que les revendications sont les affiches des mouvements, et Marisol Touraine doit, à cet instant,   voir avec une certaine satisfaction sa Loi de  Santé protégée par le détournement d’action que la FMF et MGF préconisent.

Détournement d’action renforcé par la parcellisation de la demande d’un Tiers payant (dont l’obligation, rappelons le, n’est pas inscrite dans la loi), que MG France et la FMF demandent de remplacer par une garantie de paiement en un flux unique lorsque le médecin juge opportun de le pratiquer.
Bien pauvre celui qui ne peut pas promettre…les promesses rendent les fous joyeux, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent !

MG France et la FMF dans un déni démocratique certain, tentent d’imposer aux généralistes des prétentions tarifaires sans rapport avec la réalité des pratiques et l’augmentation des charges, sans justification autre que l’abrogation d’un article conventionnel signé il y a 9 ans !

Ils limitent la communication correspondant à un mouvement global aux seuls généralistes et n’appellent en rien au retrait ou à la réécriture profonde de tous les articles de la Loi de  Santé qui impactent la liberté et l’indépendance des professionnels.

Que MG France, par un artifice politique, favorise pour les 20 ans à venir les « nouveaux modes de rémunérations » en bloquant définitivement toute augmentation tarifaire pour un plat de lentille ne nous surprend en rien. Que la FMF l’accompagne en revanche et accepte de voir son nom cité dans un communiqué qui ne dénonce pas une seule fois les vrais dangers de la Loi de  Santé choque de nombreux médecins.

L’UFML le répète, le danger est dans la Loi de  Santé, une loi dont chaque article, hormis ceux relatifs à la prévention ou à la toxicomanie, détruit l’idée même de liberté et d’indépendance des pratiques, et rien n’est plus important que cela !
Une loi qui livrera définitivement, si elle est votée en l’état, la médecine au pouvoir des ARS, des politiques et des financiers, et imposera :

  • Le Tiers Payant Généralisé comme seul mode de rémunération possible au sein d’une médecine encadrée d’indicateurs.
  • Le lieu d’installation en fonction de critères définis par les ARS au sein de « projets régionaux de santé ».
  • La mise en place d’un numérus clausus régional dont les critères de définition seront laissés aux ARS.
  • La permanence des soins  légalement obligatoire.
  • Des contrats avec les ARS qui détermineront l’existence d’activité en fonction de la garantie d’absence de médecins en secteur 2.
  • La fin des négociations conventionnelles sous le joug de décisions ministérielles qui en définiront les orientations.
  • La reconnaissance de tous les diplômes européens afin d’aller plus loin encore dans la gestion et l’organisation de la pénurie médicale libérale.
  • L’asservissement des médecins suite aux contrats d’exercice régionalisés et aux missions de soins déclinées par région par les ARS avec possibilité de sanctions économiques.
  • La fin de la liberté d’installation pour un PH désirant s’installer en libéral.
  • Le transfert du pouvoir médical hospitalier aux ARS avec nomination des directeurs de pôles, des chefs de services, le directeur n’ayant plus qu’un avis consultatif.
  • L’obligation de fusion d’équipes hospitalières voire inter-hospitalières, voire hospitalo-cliniques sous autorité absolue des ARS.
  • La remise en question du secret médical avec partage imposé et dossier médical indispensable au service de facturation accessible à l’ensemble des caisses d’assurance maladie et à terme aux complémentaires santé.
  • Une stratégie médicale unique de regroupement hospitalier validée et pilotée par les ARS remettant en cause le rôle et la place des CME.
  • L’interdiction de facturation de dépassement de tarifs fixés par l’autorité administrative en toute circonstance pour les établissements participant au service public hospitalier et les professionnels qui y exercent…

Ce ne sont là que quelques points, mais ils sont l’essence même de cette loi liberticide.

Nous somme loin de revendications catégorielles, loin du jeu syndical…
Pour l’UFML l’union doit se faire sur l’opposition à la Loi de  Santé, c’est cette opposition franche et entière que nous vous demandons de mettre en avant, ainsi que ce combat global.

La destinée de MG France, dont le passé écrit l’avenir, ne doit pas être celle de la FMF.

Partagez cet article

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
AddThis Social Bookmark Button

Participant à cette conversation

Commentaires (1)

  • Invité (SENDRA Maria)

    Permalien

    Par le passé, j'ai travaillé ds 1 Hôpital pdt 1an et 1/2. Puis, travaillé (stage), chez un Médecin Traitant que je connais depuis 1988. 5/11/14,près X années de constats accablants perso et pro,je vs soutiens à 200 pr 100!!

Ajouter vos commentaires

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 300 caractères
conditions d'utilisation.